Dragons d'un bayou perdu

Dans l'oeil du maelstrom

Où on reprend la mer comme dans le bon vieux temps

Suivant le traître Skellig jusqu’au port de Robann, les aventuriers virent qu’une poignée de draconiens baaz étaient affairés à détacher le Nécrophore du quai tandis que Skellig volait droit vers eux pour les rejoindre. Courant à toute vitesse, Alexias utilisa sa combinaison de magie et de jeu de lame pour ramener le traître contre le quai. Usant de ses bottes magiques, Kelsea sauta sur la surface de l’eau pour le prendre en étau. Cabiyari conjura ses vignes enchantées pour ralentir le départ du Nécrophore, tandis qu’Azzit et Arkos se dirigeaient droit vers le navire, l’un en volant et l’autre en se téléportant grâce à la puissance de la foudre.

Pendant ce temps, les ennemis sur le Nécrophore tirèrent plusieurs coups des canons nouvellement installés par Carvahlo et apparemment maintenant fonctionnels. Le combat fut somme toute de courte durée et Skellig finit, comme tout draconien kapak mort, par exploser en un geyser d’acide qui se dispersa dans les eaux du port. Quant à ceux sur le navire, Azzit et Cabiyari firent en sorte d’en capturer le plus possible vivants.

Une visite à la cale montra qu’elle était remplie de nains des ravines qui, comme ceux combattus dans les égouts plus tôt, obéissaient au doigt et à l’œil aux ordres de Skellig. Leur chef mort, il ne fut pas très difficile de les convaincre de quitter le bateau en échange de quelques fruits. Une visite dans les quartiers de Skellig permit de découvrir une grande quantité de potions et d’élixirs magiques en plus de nombreux indices comme quoi il aurait obtenu ses pouvoirs magiques en échange d’un pacte avec un diable puissant. Skellig n’ayant jamais eu ni l’intelligence ni l’inclinaison pour ce genre de chose, il avait certainement obtenu l’information de quelqu’un d’autre, mais il était à ce stade impossible de savoir de qui.

Le lendemain, Alexias emmena Kelsea avec lui sur son griffon en direction de Kalaman pour aller y récupérer son âme qui, à la demande d’Alexias, avait été rachetée par Brin Carwell de la Légion d’Acier. Elle dut payer la valeur de la pierre dans laquelle l’âme était emprisonnée, mais c’était un bien faible prix à payer pour récupérer le contrôle sur son âme.

Pendant la semaine que dura le voyage de Kelsea et Alexais, les soldats nérakais et leur commandante Kara Sivert furent jetés en prison dans la vilel de Robann. Si les draconiens qui avaient suivi Skellig dans sa rébellion furent exécutés rapidement, il n’en fut pas de même avec les Nérakais, de peur que des nouvelles de leur mort n’entraînent des représailles plus sérieuses de la part de Neraka. On considéra les envoyer à la capitale de Teyr mais, en l’attente d’une décision, ils continueraient à croupir dans les geôles de Robann.

Son équipage revenu, Arkos demanda à Carvalho de les former à l’utilisation du canon. C’est aussi pendant cette semaine que le Mistral revint finalement au quai. La capitaine Martine Laschaar et son maître d’armes Samm Vardan racontèrent tous les deux les mêmes histoires d’horreur. Les ogres de Kern s’étaient apparemment unifiés et avaient construit des tours de garde tout le long de la côte sud du Miremeir. Ils osaient maintenant s’attaquer aux bateaux de passage comme jamais auparavant. Pire encore, le maelstrom de la Mer d’Istar semblait être revenu comme au temps du quatrième âge de Krynn. La mer était recouverte d’une tempête perpétuelle et teintée d’un rouge de sang. Enfin, des rumeurs voulaient que le pirate Khayr de-Aldin soit devenu fou et qu’il se soit mis à couler les navires qu’il croisait et à en assassiner les membres d’équipage au lieu de les piller. Tout cela faisait en sorte que la capitaine Laschaar se demandait quand le Mistral reprendrait la mer et se disait que la prochaine fois serait peut-être pour quitter la région de la mer d’Istar définitivement.

Convaincus que les perturbations dans la Mer d’Istar étaient dues à l’influence de l’avatar de Gibbeth, les héros de Robann décidèrent de prendre le large à bord du Nécrophore pour se rendre au cœur du maelstrom. Anaximène se porta volontaire pour se joindre à l’équipage et, après quelques hésitations, l’équipage d’Arkos accepta de suivre son capitaine jusque dans la mort s’il le fallait.

Après avoir passé quelques derniers moments avec famille et amis, tout le monde partit à bord du Nécrophore. Fonçant à toute vitesse pour éviter les attaques des ogres, le navire longeait la côte du Grand Marais le plus près possible sans frapper d’écueils ou d’épaves d’anciens navires. Au cours de cette portion du voyage, on découvrit que le kender Meric Killjoy s’était glissé à bord du bateau pour suivre une fois de plus ses anciens compagnons d’aventure. À la surprise de tous, les marins semblaient prendre plaisir à écouter le barde raconter ses exploits et ceux de ses compagnons. À plusieurs reprises, la personne dans le nid-de-pie vit passer une grande ou même très grande forme bleue ailée au-dessus du navire. Soupçonnant (et espérant) qu’il s’agisse de Corail ou de Tassergal, les marins virent cela comme un bon augure. Leurs passages cessèrent cependant brusquement quand le navire pénétra sous l’épaisse couche de nuages rouges immobiles de la Mer d’Istar.

Se dirigeant témérairement tout droit vers l’œil du cyclone, l’équipage ne vit rien d’autre que quelques planches ou morceaux de débris, résultant de navires ayant eux moins de chance qu’eux. Ce calme apparent était en soi une bénédiction car chacun devait mettre les bouchées doubles pour faire en sorte que le Nécrophore, conçu pour la navigation près des côtes, survive au voyage en un seul morceau. Alors qu’on était en vue d’un centre de la tempête et du tourbillon qui y aspirait tout ce qui passait dans les environs, un navire de la taille du Mistral surgit des brumes : le vaisseau de Khayr de-Aldin. Tous les minotaures sur le pont avaient pris les traits partiels de monstres différents : destrier noir, vampire, gorgone… Quant à de-Aldin lui-même, chacun le voyait sous un aspect monstrueux différent, comme il en avait été le cas avec l’avatar de Gibbeth lors de la dernière rencontre. Le navire des minotaures fonçant droit vers le Nécrophore, le combat fut inévitable. Et l’abordage fut si rapide qu’un seul coup de canon pu être tiré, tir que de-Aldin esquiva presque sans effort. Même avec l’aide de Merric et celle, plus négligeable, d’Anaximène, le combat fut des plus féroces.

Une fois les guerriers minotaures vaincus, on s’aperçut que leurs marins avaient mis le feu à la cale et qu’ils s’affairaient à saborder leur propre navire. Le temps de retourner à bord du Nécrophore et de désempêtrer les deux navires, le galion de Khayr de-Aldin était déjà en train de couler, entraînant avec lui le Nécrophore dans le tourbillon du Maelstrom. Corail plongea des nuages pour agripper la poupe du bateau et tenter de le soutirer à l’effet aspirant du siphon, mais les griffes du dragon se révélèrent être plus solide que la coque du Nécrophore et celle-ci brisa en deux, envoyant tous les membres d’équipage dans les flots de la mer de sang.

Un long moment plus tard, tout le monde se réveilla, chacun seul dans les ténèbres. Allumant torches et bâtons éclairants, tout le monde pu voir qu’il était dans les ruines d’un ancien palais ou d’un temple grandiose. Alexias et Azzit, chacun de leur côté, déduisirent qu’ils devaient être dans les ruines des la cité d’Istar. À force de chercher et de crier, Alexias retrouva Kelsea et Merric, et Azzit fut rejoint par Arkos et Cabiyari. Le premier groupe tomba éventuellement sur une elfe à la peau bleutée qui baignait dans un trou d’eau. Elle se présenta sour le nom de Marianna. Pendant ce temps, l’autre groupe tombait nez à nez avec sa sœur Merianna. Toutes deux répondirent aux questions qu’on leur posait, disant avoir sauvé, avec leurs compatriotes, autant de naufragés que possible pour les ramener dans les poches d’air des ruines. Inquiets de ce qui était arrivé à l’avatar de Gibbeth, les elfes répondirent qu’un minotaure avait été vu vivant mais qu’il avait été repêché par un gigantesque dragon bleu cracheur de foudre qui avait fait son antre dans les ruines d’Istar et qui y venait occasionnellement pour en terroriser les corridors.

Les deux sœurs elfes ayant donnée les directions et un bon nombre d’incitation à la prudence, les groupes se mirent en route pour arriver de part et d’autre d’un bras de mer qui séparait un grand hall en deux. Dans les eaux de la pièce se baignait non pas Corail ni même un dragon bleu, mais plutôt un énorme béhir, une créature reptilienne à douze pattes avec la capacité de souffler de l’électricité tout comme les dragons bleus, tenant dans sa gueule la carcasse toujours changeante de Khayr de-Aldin. Se moquant des avertissements et des menaces venant de chaque côté de lui, le béhir pencha le cou par en arrière et avala le minotaure d’une seule bouchée. Au cours du combat, il répéta l’exploit en gobant Arkos. Ce dernier parvenant à s’extirper de la gueule du monstre, le béhir se tourna alors vers Alexias et tenta de le dévorer à son tour. Pendant ce temps, Kelsea, usant de ses bottes magiques, prit le monstre en sandwich avec Azzit, tandis que Cabiyari conjurait ses fidèles vignes pour retenir le béhir sur place et l’achever à petit feu. Éventuellement, après avoir soufflé la foudre et fait trembler le sol, le béhir s’effondra, permettant à Alexias de sortir de sa gorge, tirant derrière lui les restes de l’avatar de Gibbeth. Après un long moment de pause, le groupe pu commencer le rituel permettant de bannir la créature et de la renvoyer vers les cieux qu’elle n’aurait jamais dû quitter.

Comments

Borris

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.