Langues d'Ansalon

Il existe de nombreuses langues parlées par les différents peuples du continent d’Ansalon. À partir d’un petit nombre de langues existant dans les Âges précédents, le langage s’est diversifié au point que l’on connaît aujourd’hui. Pour des raisons historiques (de même que pour simplifier le jeu de D&D), on peut regrouper ces langues en un nombre restreint de familles.

Ergot

La langue de l’empire d’Ergoth, qui dominait la majeure partie d’Ansalon au Deuxième Âge et encore tout l’ouest jusqu’au milieu du Troisième, est encore parlée dans bon nombre de régions de l’ouest et du nord-ouest du continent. Ses principales variations incluent l’Ergoth, très près de la langue antique, tel qu’on le parle sur l’île d’Ergoth Nord et dans quelques villes d’Ergoth Sud, ainsi que le Solamnic, parlé dans la partie nord-ouest du continent de même que sur l’île de Sancrist. Disséminé partout sur Ansalon pendant l’apogée de l’empire, l’alphabet d’Ergot est encore aujourd’hui de loin le plus utilisé.

Abanasinian

Mélange d’Ergot, de Solamnic et des langues des nomades locaux, l’Abanasinian est la langue parlée par les humains du sud-ouest d’Ansalon, principalement autour des villes de Crossing, Haven et Solace. Au sud des montagnes Kharolis, notamment autour de Tarsis, on parle le Kharolian, plus influencé par les nomades des montagnes et du désert que par ceux des plaines d’Abanasinia. Les différences entre ces deux variantes sont importantes, mais pas tant qu’un natif de Solace et un de Tarsis ne puissent se comprendre.

Nerakese

Vaguement dérivé de la langue de l’empire d’Istar, qui dominait la majeure partie d’Ansalon pendant la deuxième moitié du Troisième Âge, le Nerakese est la langue parlée dans le pays de Taman Busuk et dans les régions environnantes., comme Teyr ou Sanction. Avec quelques variantes, on retrouve la famille de langue nommée Kalinese, parlées dans les ports sur la côte ouest de la Mer d’Ister. Tant le Nerakese que le Kalinese s’écrivent avec l’alphabet d’Istar.

Khur

Chez les nomades des plaines désertiques de Khur, entre Taman Busuk et la forêt de Silvanesti, se parle encore une langue très similaire à celle utilisée autrefois par les gens du peuple d’Istar. De l’autre côté de Taman Busuk, les nomades des savanes de Nordmaar utilisent une langue semblable, également écrite avec l’alphabet d’Istar. Cependant, de plus en plus de nomades de Nordmaar choisissent d’adopter la langue d’un des nombreux groupes d’étranger à s’y être installé depuis le dernier siècle, comme le Kalinese, le Solamnic ou le Nerakese.

Common

Originalement développé comme un pidgin mêlant les différentes langues humaines d’Ansalon pour faciliter les échanges commerciaux sous l’empire d’Ergot, la langue commune s’est peu à peu établie comme une langue à part entière, avec une grammaire et un vocabulaire quasi-uniformes à travers le continent. Le Common a pris de l’importance comme langue maternelle de nombreuses personnes après le Cataclysme marquant le début du Quatrième Âge. Bien que surtout une langue parlée, le Common est parfois mis à l’écrit à l’aide de l’alphabet d’Ergot, la langue commune découlant principalement de cette langue ancienne.

Les gnomes d’Ansalon, intégrant à leur culture les concepts et les connaissances de tous ceux qu’ils rencontrent, ont également adopté le Common comme langue. Ils la parlent cependant à si grande vitesse, sans jamais utiliser de pauses ni de ponctuation, que de nombreuses personnes la méprennent initialement pour une langue étrangère.

Elven

Dû à la longue espérance de vie des elfes, leur langue a relativement peu changé depuis le Deuxième Âge, alors que leur alphabet est essentiellement resté le même. Cela fait en sorte que les elfes de Silvanesti et de Qualinesti, bien que physiquement séparés depuis plus de deux mille ans, parlent toujours essentiellement la même langue. Même les elfes Kagonesti, qui ne se sont jamais sédentarisé, parlent encore une langue facilement compréhensible pour quiconque connaît le parler de Silvanesti ou Qualinesti.

Dwarven

Vivant en isolation plus ou moins complète depuis des millénaires, les nains d’Ansalon ont développé leur propres langage, qu’ils notent à l’aide d’un système de runes anguleuses conçue pour pouvoir être gravées dans la pierre ou le métal, principaux matériaux disponibles sous terre. Compte tenu de la netteté de leurs traits, ces runes sont facilement reconnaissables de loin.

Kothian

La langue des minotaures, qui utilise sont propre alphabet, est parlée principalement dans les îles minotaures de Mithas et Kothas. Depuis une dizaine d’années, c’est aussi la langue la plus parlée de Silvanesti, sous occupation minotaure depuis la fin de la Guerre des Âmes.

Draconic

Le Draconic est la langue connue de façon innée par les dragons métalliques et chromatiques de Krynn. De faible utilité pour les autres races, elle a néanmoins souvent été étudiée par les mages d’Ansalon désireux d’en découvrir davantage sur la magie draconique. Depuis le début du Cinquième Âge, le Draconic est également utilisé comme langue officielle des draconians, dont le nombre ne cesse d’augmenter dans la nouvelle nation de Teyr.

Ogre

Composé entièrement de pictogrammes, la langue des ogres est relativement simple et uniquement mise à l’écrit pour commémorer les événements majeurs. Elle n’est plus que l’ombre de la langue des ogres datant du Deuxième Âge, véritable système de hiéroglyphes, aussi complexe que l’Elven actuel.

Goblin

Le Goblin est la langues parlée par tous les goblinoïdes d’Ansalon : goblins, hobgoblins et bugbears. Dans les rares cas où le besoin existe de transcrire de texte en Goblin, les glyphes ogres sont le plus souvent utilisés. Les goblinoïdes avec quelque chose à contribuer à leur peuple ayant généralement la capacité d’apprendre une ou plusieurs autres langues, la littérature goblinoïde comporte une variété de textes en Common, Ogre ou autres.

Abyssal

Appelées Abyssal par certain et Celestial par d’autres, entre autres choses, il s’agit des langues parlées par les créatures des plans extérieurs servant les divinités, telles les anges et les démons. Leur présence sur Krynn étant particulièrement rares, les chances d’utiliser de telles langues sont faibles, et celles de les apprendre encore davantage.

Langues d'Ansalon

Dragons d'un bayou perdu Borris